Mathilde, Ariane, Etiennette, Huguette, Adémart, Clotaire, Léothéric, Martin …

 

Paysannes et Paysans sur la Seigneurie de la Motte de Lacheni, an de grâce MCXXXVII

 

La vie rurale

Les paysans représentent près de 95% de la population médiévale, ils formèrent la base matérielle, et le fondement de l’activité économique de la civilisation européenne. Le dynamisme des marchands et artisans fit la prospérité des cités, mais ce sont les paysans qui nourrissaient les citadins. Le travail de la terre était pénible et laborieux, mais il s’améliora, et permit à l’Europe de prospérer. Au Moyen Âge, la séparation entre ville et campagne était moins nette qu’aujourd’hui. Autour des remparts de la cité s’étendaient champs et prés. Mais le développement technique avec l’essor du commerce, de l’artisanat et des travaux intellectuels en ville, et de la culture et de l’élevage en campagne, entraîna une séparation plus marquée. La vie des paysans épousait le rythme des saisons, les mêmes travaux se répétaient d’une année à l’autre. Les transformations à la campagne étaient moins nombreuses et moins rapides qu’en ville. La vie citadine, au contraire, favorisait le contact entre les individus, la diffusion des connaissances techniques et intellectuelles. L’habitant des cités apparaissait moins soumis aux contraintes de la nature.

 

 

La représentation du temps

Au Moyen Âge, les paysans avaient une conception du temps très différente de la nôtre; ils se le représentaient comme quelque chose qui se répétait sans cesse et qui revenait toujours à son point de départ, à l’instar des aiguilles d’une horloge. Le temps était pour eux à l’image des saisons qui se succédaient. Ainsi le calendrier des paysans épousait étroitement la succession des activités agricoles (labours, semailles, récoltes...). Les mois de l’année sont un motif fréquemment représenté au Moyen Âge, chaque mois est symbolisé par les activités agricoles de la saison.

 

 

Deux catégories de paysans

  • Les serfs de la glèbe : Les paysans, ou serfs de la glèbe (c’est-à-dire de la terre, au sens de sol cultivé) faisaient partie du domaine. Lorsque le terrain était vendu, ils passaient d’un maître à l’autre, de la même manière que les animaux de la ferme. Les fils de paysans devenaient paysans comme leurs ancêtres, et comme leur futur descendance. Mais le servage n’était pas à proprement parler l’esclavage, même si la condition des serfs était proche des esclaves de l’Antiquité. Dès la fin de l’Empire romain, l’esclavage avait reculé sous l’influence de la nouvelle organisation économique et sociale, qui s’était formée autour du domaine, et qui suppléait l’État en pleine décomposition. De plus l’Église condamnait l’esclavage. Les serfs avaient beaucoup d’obligations mais aussi des droits. Ils étaient pleinement considérés comme des personnes, et théoriquement, ils pouvaient quitter le domaine à tout moment, aucune loi ne les obligeait à rester liés à la terre.
  • Manants et alleutiers : Le phénomène de servage se généralisa en Europe du Nord. En témoignent les nombreux vocables européens. Du latin manere (resider), dérivèrent les mots mansus ou manse, c’est-à-dire les champs et la maison des paysans. En français, le paysan fut appelé manant, celui qui reste sur la terre. L’habitation de la ferme fut appelée maison. En Angleterre, les seigneurs appelèrent manor, manoir, le petit château destiné à surveiller et protéger les champs. A côté des serfs subsistaient des paysans libres ou alleux. Les alleutiers (ou vilains), comme on les appelait en France, étaient fort nombreux dans l’Europe du Sud.

 

La répartition du territoire

Au début du Moyen Âge, l’Europe était une étendue inculte et sauvage, appauvrie par le passage des tribus barbares. La transformation de ce continent est le résultat du labeur ininterrompu commencé à l’époque médiévale, et en particulier des grands défrichements des forêts (par le feu ou la hache). La terre appartenant au seigneur était divisée en deux parties :

  • La réserve domaniale : Du latin dominus (maître). En plus du château ou de la résidence seigneuriale, elle comprenait les champs, les vignes, les pâturages, les forêts, terrain de chasse du seigneur. Elle comprenait également le village installé autour du château, avec le four, le moulin et des artisans tels que le sellier ou le forgeron.

  • Les manses : Le reste du domaine était divisé en manses (ou tenures) attribués selon leur étendue à une ou plusieurs familles paysannes. Le manse était la cellule fondamentale de l’économie agraire du Moyen Âge. Le serf disposait des produits du potager, ainsi que de la basse-cour et du porc, une des seules sources de protéine animale, le mouton était réservé à la laine et le bœuf pour le trait. Le serf avait également le droit de faire paître ses bêtes sur les champs en jachère (terrains non cultivés).

 

L’évolution du servage

En échange de la terre et de la protection militaire, le serf avait quelques devoirs envers son seigneur. Il devait remettre une partie de la récolte à son suzerain et payer des taxes. Il devait également participer gratuitement à des travaux appelés corvées. Ces tâches pouvaient être labours, récoltes ou sarclages sur les terres du seigneur. Mais ils étaient également appelés à la réparation d’un pont, creusement d’un puits ou réparation des murs du château. Mais au fil des ans, les besoins en argent des seigneurs s’accrurent, en partie à cause de l’enrichissement général. Le paysan quant à lui obtenait des revenus en vendant au marché les produits qu’il ne consommait pas. Cela modifia la condition du serf qui pouvait ainsi s’affranchir des corvées et réquisitions militaires en échange d’une somme d’argent au seigneur. On passa ainsi du servage au fermage, le propriétaire louait la terre au paysan qui l’exploitait à son compte. La production agricole augmenta considérablement car le paysan travaillait à son compte et se devait d’obtenir de quoi payer le loyer et de quoi nourrir sa famille.

 

 

De nouvelles techniques agricoles

Les paysans avaient constaté que certaines cultures comme les céréales, appauvrissaient le sol, alors que d’autres comme les légumineuses (pois, fèves, haricots) l’enrichissaient. Pour éviter l’épuisement du sol, les agriculteurs de l’Antiquité avaient institué le système de la rotation biennale : un champ semé en céréales était laissé en jachère l’année suivante, il était labouré, mais non semé, et servait de pâturage. Au Moyen Âge, la rotation devint triennale : le champ était cultivé en céréales la première année, puis en légumes la deuxième année, avant d’être laissé en jachère la troisième année. Le gain de ce système était double. En effet, désormais seul un champ sur trois restait improductif, et la culture des légumes enrichissait la terre. La production augmenta de 50%, le paysan pouvait vendre ses excédents et améliorer sa condition précaire. De plus, la technique permit l’amélioration des outils agricoles : araire, charrue, herse, houe, faucille…

 

Les divertissements populaires

Foires et spectacles 

  • Les foires : C’est à partir du IXe siècle et sous l’essor des croisades qu’une ferveur religieuse redonna de la vigueur à la vie sociale. Les grandes foires européennes du Moyen Âge eurent à cette époque leur premier moment d’authentique splendeur. Les foires apparurent comme la conséquence de la nécessité pour les commerçants de s’approvisionner en marchandises de toutes sortes. La France fut un acteur de premier ordre dans le développement des grandes foires médiévales, parmi lesquelles se détachent celles de la Champagne et la foire parisienne du Lendit. Au XIIe siècle apparurent d’autres foires et d’autres produits, notamment la foire de Beaucaire en Languedoc. Mais avec le temps, les foires méridionales françaises furent éclipsées par celles organisés quatre fois l’an, deux semaines durant, dans la ville de Lyon, depuis 1420. La situation privilégiée de Lyon, à un croisement où confluent les courants du trafic international provenant des quatre points cardinaux, en fit une ville de foire par excellence.

  • Les spectacles : Le Bas Moyen Âge fut une époque où l’industrie et le commerce eurent un essor qui ne sera dépassé qu’à l’aube de la Révolution industrielle du XVIIIe siècle. Les gens se déplaçaient alors partout, sur mer comme sur terre. Des spectacles itinérants se produisaient de foire en foire et sur les plus modestes marchés régionaux. Saltimbanques, funambules, lanceurs de couteaux, ventriloques, conteurs, bouffons, pitres, mimes… passaient de palais en châteaux, sans négliger les plus petites cours royales. Parfois, d’authentiques œuvres théâtrales étaient montées. Les œuvres représentées par ces compagnies ambulantes étaient rudimentaires, car peu de gens pouvaient lire et écrire. Les dialogues pouvaient ainsi être livrés à l’improvisation des interprètes, qui pouvaient être des étudiants en vacances ou des religieux.

 

Les tournois

Seuls les chevaliers pouvaient participer aux joutes et aux tournois. Ces compétitions étaient le spectacle le plus apprécié du public durant tout le Moyen Âge. Le tournoi était solennellement ouvert par un héraut (officier chargés de faire des proclamations solennelles), qui annonçait sur les places publiques l’intention du roi ou d’un grand seigneur de rassembler pour cette fête les chevaliers les plus réputés du pays. Autour d’une vaste esplanade, appelée lice, les participants avaient élevés leurs riches tentes ou pavillons. Au sommet de la lance plantée à l’entrée était suspendu le bouclier avec les armoiries du seigneur. Le tournoi durait habituellement plusieurs jours. Les épreuves étaient variées et dotées d’un riche prix. Les adversaires s’affrontaient avec des armes dites « courtoises », c’est-à-dire rendues inoffensives ou presque (les accidents étaient fréquents) : les lances étaient épointées et les épées privées de leur tranchant. Alors que la joute voyait s’affronter deux cavaliers séparés par une barrière ou une corde, la « mêlée » consistait en une véritable bataille rangée entre deux groupes de cavaliers égaux en nombre. La mêlée se déroulait en champ libre, et bien qu’il existât quelques règles comme celle de ne pas frapper d’estoc, elle était très violente ! Il n’était pas rare de sortir des morts du terrain d’affrontement. Au XVe siècle, se formèrent des compagnies de chevaliers dont l’unique but était de favoriser des tournois. Pour les jeunes fils cadets d’aristocrates, le tournoi devenait une véritable profession. A en croire les chroniqueurs, les combats devinrent de plus en plus spectaculaires. Il y avait parfois d’autres compétitions comme la lutte libre, le tir à l’arc, à l’arbalète ou à la fronde.

 

La joute

L’épreuve la plus spectaculaire était la joute, au cours de laquelle deux adversaires s’affrontaient directement, à pied et à cheval. Le chevalier défiait son rival en touchant de la pointe de l’épée le bouclier suspendu à son pavillon. Le défi devait alors être relevé. Descendu dans la lice, le chevalier parait son armure resplendissante, manifestant ses sentiments envers sa dame, à qui l’on dédiait le combat : le chevalier portait au bras, sur la lance, ou autour du cou, un voile ou un mouchoir aux couleurs de celle-ci. Puis la joute commençait. Au signal des juges, les concurrents s’élançaient au galop l’un contre l’autre; le choc des lances contre les boucliers ou l’armure était terrible. Si aucun des deux adversaires n’était désarçonné, un nouvel engagement succédait au premier. Au contraire, si l’un tombait, l’autre mettait pied à terre et le duel continuait à l’épée ou à la masse. Le perdant devait reconnaître loyalement sa défaite, sinon les juges le déclaraient « hors de combat ». Le vainqueur recevait non seulement le prix mis en compétition, mais aussi les armes, les chevaux et la personne même du vaincu : celui-ci était considéré comme prisonnier et recouvrait la liberté sous une rançon.

 

 

Le dernier tournoi

En 1559, c’est au cours d’un double mariage que se produisit un spectacle de bien funeste mémoire. Pour clôturer les festivités, un tournoi eu lieu à Paris. Le roi de France Henri II décida alors d’y participer pour affronter le comte de Montgomery, l’une des plus fines lames de l’époque. La fatalité fit qu’au cours de la troisième passe, la lance de Montgomery, déviée par l’écu d’Henri pénétra sous la visière du casque de celui-ci et lui traversa l’œil. Le roi agonisa dix jours, puis mourut. La reine Catherine de Médicis interdit alors les tournois et les joutes sur le sol français.

 

Les fêtes

Au Moyen Âge, près d’une journée sur trois est chômée, il y a beaucoup de vacances. La majorité des fêtes sont catholiques, mais la tradition a conservé quelques rites d’origine païenne :

  • Les fêtes catholiques

    • Epiphanie : Elle correspond à la présentation de Jésus aux Rois Mages. La traditionnelle galette des rois est alors partagée.

    • Carême : Quarante jours avant Pâques, le peuple est invité au partage, au jeun et à la prière.

    • Pâques : Vers le début du printemps, on s’échange des œufs peints pour symboliser la fin des privations de l’hiver et du carême.

    • Toussaint : Fête d’origine celte, instituée par Louis le Pieux. Le 1er novembre, on fête Tous les Saints, c’est-à-dire de la Communauté des vivants et des morts.

    • Noël : Le 25 décembre, on fête l’avènement du Christ.

 

  • Les fêtes profanes

    • La fête des fous : Elle était célébrée le jour de Noël, ou le jour de l’An ou encore de l’Épiphanie. Les domestiques prenaient la place de leurs maîtres, les valeurs établies de la société étaient renversées et la religion était ridiculisée.

    • La fête de l’âne : Elle était célébrée dans certaines villes la veille de Noël. En souvenir de la fuite en Egypte, une jeune fille tenant un enfant dans ses bras pénétrait dans une église à dos d’âne. Pendant la messe, toutes les prières se terminaient alors par « hi-han ». L’Église a rapidement interdit ces célébrations.

    • Les Mais : Le 1er mai ou au cours du mois de mai, les jeunes hommes déposaient des branches d’arbres devant la porte des jeunes filles à marier. La branche d’arbre symbolisait les qualités ou les défauts de la jeune fille.

    • La Saint-Jean : Le soir du 24 juin, au moment des moissons, on allume de grands feux. Les jeunes couples se tenaient par la main et sautaient par dessus le feu pour avoir des enfants ou une bonne récolte.

    • La Saint-Michel : Le 29 septembre, les paysans devaient payer aux seigneurs leurs redevances (taxes).

 

Les mœurs et coutumes

La condition des femmes

Au Moyen Âge, l’Église considère la femme comme instigatrice du péché originel, on la soupçonne de porter l’hérésie. Il n’y a qu’un remède à cela : le mariage, en rendant la femme mère. Ce sont les familles qui unissent leurs enfants, généralement douze ans pour les femmes et quatorze ans pour les hommes. Dans les classes élevées, le mariage est un instrument d’alliances et d’implémentations. Si le couple n’est pas en mesure d’avoir un enfant, le mariage peut être remis en question, et la femme peut être répudiée. Beaucoup de grossesses sont fatales aux mères, et faute d’avortement on pratique beaucoup l’infanticide. Les prostituées ou filles de joie sont beaucoup présentes au Moyen Âge. La prostitution est autorisée par l’Église, la femme doit provenir d’une ville étrangère pour éviter l’inceste. Souvent, ces femmes ont été rejetées par leur famille après un viol ou une grossesse clandestine. Le viol est puni, mais pas de la même façon : s’il s’agit d’une religieuse, d’une femme mariée ou d’une vierge, le crime peut être puni de mort. S’il s’agit d’une servante d’humble condition, on doit fournir une indemnité à la famille. Les femmes participent activement à la vie économique, d’ailleurs, dans le commerce alimentaire, les femmes sont majoritaires. Cependant les salaires sont dès cette époque nettement inférieurs aux hommes. En campagne, elles aident leur mari aux tâches agricoles. Mais à travers l’amour courtois des chevaliers et troubadours, la femme reste une importante source d’inspiration. Principalement développé par la culture occitane, les femmes sont vénérées pour leur beauté et leur amour, les hommes pour leur courage et leur bravoure. Enfin certaines femmes ont réussi à se forger une solide renommée historique :  Marie de France, Jeanne d’Arc..

 

Costumes et habillement

Le vêtement possède au Moyen Âge une signification sociale : selon le rang et les fonctions occupés, on ne s’habillera pas de la même façon. Au XVe siècle, la plupart des hommes ont adopté le port d’un vêtement de dessus très court, mais certains, par décence, continuent de porter des robes et manteaux longs : les prêtres, les notables, les doctes. Parmi ceux-ci, médecins et juristes partagent le privilège de porter le même costume rouge doublé de fourrure blanche. Les vêtements proprement dits sont complétés par de nombreux accessoires du costume. La ceinture, le plus souvent une simple lanière de cuir, est parfois cloutée. Celle des femmes peut être orfévrée et constituer un véritable bijou. Nombreux sont les hommes à accrocher à leur ceinture une bourse ou une sacoche. Accessoire indispensable du costume, les aiguillettes sont des lacets accrochant l’un à l’autre deux vêtements ou deux pièces d’un même vêtement.

 

Les coiffures

Les gens du Moyen Âge ne conçoivent pas de vivre tête nue, la variété des couvre-chefs, tant masculins que féminins, est flagrante. Les femmes de plus haut rang portent des coiffes à cornes cachant complètement leurs cheveux tirés en arrière. Ces coiffes sont recouvertes de tissu façonné et parfois d’une résille. Certaines portent un simple voile blanc tombant sur leurs épaules. Quand elles sont vieilles, les femmes s’entourent toute la tête, y compris le menton, dans des linges blancs appelés touailles. La touaille est une pièce de tissu étroite et très allongée qui fait partie du trousseau de la mariée et sert à tout dans la maison : torchon, serviette, essuie-mains, maillot, bandage, tablier… Diversité et hiérarchie apparaissent également dans les coiffures masculines. Travailleurs manuels et hommes de peine portent un simple calot. Apprêter son chaperon demande une certaine dextérité : cette longue pièce de drap est enroulée au sommet de la tête. L’un, court, retombe sur le côté, l’autre plus long, drape souplement les épaules ; en cas de mauvais temps il peut aussi serrer davantage le cou et les oreilles pour les protéger du froid.

 

 

Les repas

La table est généralement recouverte d’une nappe blanche, au centre de la table, dans une grande coupe sur pied se trouve le plat principal. Les aliments ne sont pas posés sur des assiettes mais sur des « tailloirs », larges tranches de miches de pain, qui absorbent le jus. D’autres petits pains, façonnés en boules détachables les unes des autres, sont à la disposition des convives. Les gens mangent avec leurs doigts et partagent quelques verres et quelques couteaux, la cuiller est réservée au service du plat central, la fourchette n’existe pas à cette époque (introduite sous Henri III). La nourriture est hachée (on a de mauvaises dents) et très épicée (elle se conserve mal). Les carafes, pour l’eau et pour le vin, et différentes sortes de cruches et de pichets sont utilisées dans chaque maison.

 

 

Le saviez vous :

 

Un vilain pas beau !

Rien de plus ignoble qu’un paysan pour un preux chevalier ! Au XIIe siècle, , Chrétien de Troye, un des plus grands romancier de son temps, témoigne de cet aristocratique dédain : le chevalier Calogrenant, de passage dans la forêt de Brocéliande, rencontre en effet un paysan, dont il brosse le portrait peu flatteur :

Un vilain qui ressemblait à un Maure, grand et hideux à démesure, bref une créature si laide qu’on ne saurait l’exprimer en paroles, était là, assis sur une souche, une grande massue en sa main …. Je m’approchais du vilain et je vis qu’il avait la tête plus grosse que celle d’un cheval, les cheveux en désordre et le front pelé. De grande oreilles, les sourcils grands et le visage plat, des yeux de chouette et le nez de chat, la bouche fendue comme un loup, des dents de sanglier … Effrayé, le chevalier se demande si il affaire à une bête ou à un monstre, mais le vilain le rassure : je suis un homme, lui répond il !

 

 

Sources et liens